Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 23:00

Il est temps de partir vers les contrées lointaines des cerisiers en fleurs : là où les vastes plaines du Nippon étaient frappées par un maléfice terrifiant. Car chaque année, un horrible dragon octocéphale, Orochi, choisissait une jeune fille du village de Kamiki pour qu'elle se sacrifie et que la paix se perpétue dans la région. Mais alors que le sort tomba sur Izanami, jolie demoiselle que le puissant guerrier Izanagi convoitait secrètement, ce dernier décida qu'il était temps de mettre un terme à la malédiction. Et il n'en fallu pas moins pour le décider à aller combattre le puissant Orochi. Après un affrontement interminable, et alors que tout semblait perdu, la divinité du soleil, Shiranui, apparu sous la forme d'un somptueux loup blanc. Unissant leurs forces, l'homme et le loup terrassèrent le démon : le mal vaincu fut ainsi scellé, et le Nippon connu enfin une longue période de paix.

 

Un siècle passa : Orochi fut malencontreusement libéré, et une fois encore une atmosphère démoniaque s'abattit sur le Nippon. Il fut temps pour Sakuya, divinité des cerisiers gardiens, d'offrir ses dernières forces au monde pour invoquer Amaterasu, descendante de Shiranui, afin de libérer la contrée de sa malédiction. Une nouvelle aventure pouvait alors commencer.

 

 okami00a.jpg

 

Okami est le tout premier épisode d'une série de deux — Okami Den sur DS étant sa suite directe. Bien connu pour faire parler, à juste titre, de sa somptuosité, mais aussi de son succès mitigé auprès des joueurs malgré les nombreux prix qui lui ont été décernés, ce jeu est tout d'abord paru sur les terres européennes en 2007 sur PS2, puis en 2008 sur Wii. Ce sont les studios Clover qui se sont chargés du développement sur PS2, maison qui a fermé ses portes un mois après la sortie d'Okami en europe. Le développement pour Wii a donc été repris par Ready at Dawn, connu pour quelques titres comme God of War et Daxter sur PSP.

 

Et comme il est étrange que ce jeu soit à ce point boudé ! Véritable Zelda-like à la sauce nippone, Okami vous met dans la peau d'Amaterasu, déesse du soleil réincarnée en louve blanche. Votre route sera guidée à la fois par Issun, artiste errant qui vous confie le puissant pinceau céleste, Susano, grand guerrier descendant d'Izanagi qui ne rate aucune occasion d'aller se planq…méditer, ainsi que par Sakuya qui vous charge de faire refleurir tous les cerisiers gardiens flétris dans le but de faire reculer les gigantesques zones touchées par la malédiction. Il vous faudra donc explorer les vastes contrées du Nippon afin de progresser et atteindre votre but qui risque bien de vous mener au devant des puissantes griffes de l'effroyable Orochi. Mais bien entendu, ce parcours ne sera pas une promenade de santé : préparez-vous à affronter des hordes de démons, mais aussi à résoudre différents mystères qui touchent le Nippon.

 

Pour attaquer, Amaterasu possède une puissante arme céleste de corps à corps qu'elle pourra faire évoluer au fur et à mesure de l'aventure. Mais l'objet le plus important que vous possédez est le pinceau céleste qui peut déclencher de puissants pouvoirs. Grâce à celui-ci, vous pourrez réveiller les divinités Kami qui naissent de diverses constellations que vous découvrirez régulièrement. Vous pourrez alors acquérir de puissantes magies : parmi celles-ci on retiendra la lame lumière, la magie de recréation, le pouvoir du soleil, la faculté de faire renaître la flore et d'utiliser les éléments, etc. Bien entendu, chaque pouvoir peut-être utilisé pour résoudre diverses énigmes qui jonchent le parcours d'Amaterasu, mais aussi à des fins offensives contre les démons.

 

okami 03

 

Si l'aventure principale vous fait voyager de contrées en donjons, il sera souvent possible de participer à des quêtes annexes. Toujours très utiles, ces missions secondaires vous permettront, par exemple, de glaner quelques points de reconnaissance qui serviront à améliorer les compétences d'Amaterasu. Et si certaines quêtes semblent secondaires, elles pourront assez vite devenir prioritaires afin de progresser dans la partie. Le jeu n'est pas ennuyant un seul instant, et tout est constamment fait pour relancer la magie addictive si particulière d'Okami.
N'oublions pas non plus les très nombreux personnages et protagonistes que vous croiserez tout au long du jeu. Chacun possède un charisme prononcé, et même si l'aventure se veut assez sérieuse de par son contexte, Okami ne manque d'user et d'abuser d'un humour quelque peu kawaï qui fait mouche. Les différentes rencontres sont souvent mémorables, et on s'attache très rapidement à tout ce petit monde virtuel.

 

Car ce ne sont pas que les incroyables graphismes de ce jeu qui en ont fait une véritable bombe pleine de poésie. Ceux-ci sont d'ailleurs en 3D typée cell-shading, et les développeurs ont opté pour un effet "vieille estampe japonaise" : une réussite totale. L'animation globale est d'une grande fluidité, les ralentissements de la version PS2 étant même estompés sur Wii, et la rapidité générale apporte une grande dynamique à chaque partie.
S'il fallait parler des musiques, on les qualifierait de somptueuses : la bande-son d'Okami est un régal pour les oreilles. Avec des sonorités qui semblent importées d'un japon traditionnel, les nombreuses mélodies sont en complète adéquation avec le visuel du jeu. Les ambiances y sont parfaitement retranscrites, et à chaque instant le titre peut nous faire passer d'un sentiment d'oppression à une plénitude totale.

 

Le gameplay est un autre aspect primordial dans la mécanique d'Okami. Passons la jouabilité à la manette PS2 qui est classique, propre, adaptée au genre du jeu. Le plus intéressant dans cette histoire, c'est la conversion Wii qui apporte l'exploitation du couple Nunchuk/Wiimote. L'utilisation du pinceau céleste se fera grâce à la télécommande, et autant dire que le processus est particulièrement immersif, même s'il demande parfois un peu trop de précision ; quelques astuces et entraînements vous permettront cependant de ne jamais rater vos tracés. Il sera aussi un peu plus difficile de régler correctement la caméra durant certaines phases, car la commande a été placée sur la croix directionnelle de la Wiimote — ce qui ne remplace en rien un bon vieux stick analogique. Malgré tout, voici un titre qui semble tout indiqué pour être pratiqué sur Wii, car les possibilités d'esquives lors des combats, et de dessin au pinceau, utilisent à merveille les fonctionnalités spécifiques du Nunchuk et de la Wiimote

 

okami 04

 

La durée de vie n'est pas en reste puisqu'il faudra compter une bonne trentaine d'heures pour terminer Okami. Rajoutons encore de nombreuses heures si on se décide à boucler les quêtes annexes. De plus, le degré de rejouabilité d'Okami est assez élevé, ne serait-ce que par le plaisir global qu'il procure. Il faut cependant reconnaître un petit défaut dans toute cette magnifique effusion de pétales roses : la difficulté du jeu est assez minimale, et pour tomber sur un Game Over il faudra vraiment soit s'en donner la peine, soit proposer à ce pauvre poussinet manchot de prendre la manet…non, même pas en rêve.

 

Une histoire prenante et très poétique, une ambiance japonaise ancestrale parfaitement recréée, un graphisme impeccable et de toute beauté, des mélodies toutes plus sublimes les unes que les autres, un gameplay plutôt bien pensé et assez original, une durée de vie très correcte, et tellement d'autres choses, résumer Okami tient en un mot : perfection. Okami reste vraiment le genre de jeu qui fait rêver le joueur au sens propre du terme. Mettons au défi quiconque poserait les yeux ne serait-ce que sur une capture d'écran : impossible d'oublier quoi que ce soit de cette ambiance visuelle si réussie.

Okami, c'est une grande aventure dont on aurait tort de se priver. Le jeu allie poésie, humour, et joutes démoniaques, sans oublier quelques énigmes et autres affrontements pour lesquels, à l'instar d'un bon vieux Zelda, il faudra parfois un peu se creuser la tête. Okami est également une excellente bouffée d'air frais, de celles qu'on hume chevauchant un loup blanc lancé à toute allure dans les vastes pleines verdoyantes du Nippon. Si l'occasion vous est donnée de l'essayer, ne laissez pas s'échapper le moindre exemplaire d'Okami : un incroyable titre au destin sombre bien immérité.

 

okami 07

 

 

 

LOGO GOLDEN BLOG AWARDS


Maxou et Cie participe aux Golden Blog Awards  ! Pour soutenir la candidature de Maxou et Cie, il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessus, puis d'utiliser le bouton de vote prévu à cet effet. C'est 1 vote par jour jusqu'au 24 octobre 2011 : alors pour recevoir des virtual-bisous by Maxou, dépêchez-vous !

 

Merci à tous les visiteurs, et @ bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Maxou - dans JEUX VIDÉO
commenter cet article

commentaires

À Propos

  • : Maxou... et Cie !
  • Maxou... et Cie !
  • : Un regard sur les loisirs et leur actualité — ou pas : internet, informatique, jeux vidéo, cinéma, musique, etc.
  • Contact

Recherche